DICT.XMATIERE : Aide pour jeux de lettres, recherches, définitions, dictionnaire ...
Les mots commençant par 
Les mots finissant par 
Ledger Nano S - The secure hardware wallet
Définition du mot 
Mots en rapport avec 
Accueil

définition du mot Annexe:Conjugaison_en_français/Premier_groupe

selon le Wiktionnaire

Ces verbes présentent la particularité devant les terminaisons commençant par « a » ou « o » de transformer le « c » final du radical en « ç ». Par exemple, le verbe lancer /lɑ̃.se/. À la première personne du pluriel du présent de l’indicatif, on écrira « nous lançons » /nu.lɑ̃.sɔ̃/. Au participe présent, on écrira « lançant » /lɑ̃.sɑ̃/.

2. Verbes en -ger[modifier le wikicode]

De la même façon, pour conserver le son /ʒ/ devant le « a » ou le « o », on rajoute au radical la lettre « e » devant une terminaison tonique : « nous mangeons » /nu.mɑ̃.ʒɔ̃/, « il mangeait » /mɑ̃.ʒɛ/.

3. Verbes en -e-<consonne>-er[modifier le wikicode]

Le « e » avant la consonne étant atone, il prend un accent grave pour donner le son /ɛ/ afin de le rendre tonique lorsque la terminaison est muette. Par exemple, le verbe « semer » /sə.me/. Au présent, il fera : « je sème » /ʒə.sɛm/, « nous semons » /nu.sə.mɔ̃/, « ils sèment » /il.sɛm/. C’est le cas des verbes en -ecer (dépecer), -eder (beder), -eger (broumeger), -emer (semer), -ener (amener), -eper (receper), -erer (fosserer), -eser (peser), -ever (lever) et -evrer (sevrer). Les verbes en -eler et -eter sont particuliers (voir ci-dessous).

En ce qui concerne les verbes en -eler et ceux en -eter, il y a deux règles. L’une d’elles consiste à rajouter un accent grave sur le « e » (exemples : « peler » -> « je pèle » ; « acheter » -> « j’achète »), l’autre consiste à doubler la consonne (exemples : « appeler » -> « j’appelle » ; « jeter » -> « je jette »). Bien que la réforme orthographique de 1990 permette de mettre systématiquement l’accent (sauf exceptions), il continue à être d’usage d’utiliser la double consonne.

4. Verbes en -é-<consonne(s)>-er[modifier le wikicode]

Ces verbes présentent la particularité de changer leur « é » du radical en « è » devant une terminaison muette. Exemple : « sécher » donnera « il sèche » /il.sɛʃ/, « nous séchons » /nu.se.ʃɔ̃/. Par contre, et bizarrement, les verbes en -éer ne suivent pas cette règle. Par exemple, on écrit : « il crée » (mais en France on prononce /il.kʁɛ/ tandis qu’au Canada c’est resté /il.kʁe/). Cette famille de verbe est plus grande que celle en -e-<consonne>-er : on y trouve des verbes en -éber, -ébrer, -écer, -écher, -écrer, -éder, -éfler, -éger, -égner, -égrer, -éguer, -éjer, -éler, -émer, -éner, -éper, -équer, -érer, -éser, -éter, -étrer, -éver, et -évrer.

5. Verbes en -yer[modifier le wikicode]

Ici, la règle est : pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? En effet, pour ces verbes-là, il y a trois possibilités, dont une qui ne correspond à aucune règle stricte. En gros, la règle voudrait que le « y » du radical se transforme en « i » devant une terminaison atone. Dans l’usage, ce n’est pas ce qui se passe.

Verbes en -ayer[modifier le wikicode]

Pour ces verbes (sauf, probablement, le verbe cobayer), on a le choix : soit on garde le « y » devant une terminaison atone, soit on le transforme en « i ». Ainsi, un verbe comme « payer » pourra se conjuguer : « je paie », « tu paies », « il paie » ou « je paye », « tu payes », « il paye », au choix. Seul l’usage permet de savoir si l’une des formes est utilisée plus qu’une autre. Dans le cas de « payer », on emploie plutôt la conjugaison en « i ». Dans le cas de « rayer », on ne l’utilise jamais…

Verbes en -oyer et en -uyer[modifier le wikicode]

Pour ces verbes-là, la transformation du « y » en « i » est obligatoire. Ainsi, pour des verbes comme « appuyer » ou « aboyer », on dira uniquement : « j’appuie » ou « j’aboie ».

Verbes en -eyer[modifier le wikicode]

Pour les quelques verbes ayant survécu au passage du temps, la transformation du « y » en « i » est interdite. Ainsi, « grasseyer » fera uniquement « je grasseye ».

Le wiktionnaire recense dans cette catégorie les verbes suivants : abreyer, éneyer, barbeyer, bordeyer, brasseyer, capeyer, dépoteyer, faseyer, grasseyer, harweyer, langueyer, perreyer, poteyer, relangueyer, susseyer, voleyer, volleyer.

6. Cas particulier du verbe envoyer et de ses dérivés[modifier le wikicode]

Ces verbes (envoyer, renvoyer, réenvoyer, rerenvoyer, autoenvoyer/auto-envoyer, etc.) se conjuguent normalement à tous les temps, sauf au futur et au conditionnel. En effet, leur conjugaison au présent étant, au niveau des sonorités, identique à celle du verbe voir, il a petit à petit été d’usage de les conjuguer au futur simple et au conditionnel présent comme le verbe du troisième groupe « voir ».

En revanche, les autres verbes en -voyer se conjuguent normalement : convoyer (il convoiera), dévoyer (il dévoiera), fourvoyer (il fourvoiera), louvoyer (il louvoiera), vouvoyer (il vouvoiera)...


Définition tirée du Wiktionnaire
Contenu disponible sous GNU Free Documentation License



Powered by php Powered by MySQL Optimized for Firefox